Web Wrestling Association

Partagez | 
 

 Tourner la page

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Iconoclast
Rose bonbon
Rose bonbon
avatar

Nombre de messages : 306
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Tourner la page   Jeu 1 Oct - 15:50

"La matin, je me lève du lit... le vide que tu as laissé prend plus de place que lorsque je t'avais à mes côtés. Le silence est plus lourd, plus épais, plus sonores que tes rires, tes pleurs, tes reproches, tes soupçons, tes doutes, tes questions, tes peurs. A la place de ton parfum et de la couleur de tes yeux, de ta peau, de ta chevelure, de ta voix, je ne sens que l'odeur du renfermé, de l'angoisse, je ne vois que l'obscurité, le manque."

Stanley Rosenbaum ouvre les rideaux d'un geste sec. Il observe le temps qu'il fait dehors: magnifique. Pourtant, il n'a pas envie de sourire, ou de laisser le libre-accès à une joie de vivre dont il n'a pas besoin.

En robe de chambre, il va dans la cuisine, et se prépare le petit-dèj'. Même si la table est assez grande pour quatre personnes, il dispose son bol, sa soucoupe pour les toasts et la boîte à sucre de façon à n'occuper qu'un espace limité, pour une seule personne. Par réflexe. Comme si... comme si quelqu'un d'autre allait s'installer en face de lui. 

"Ne plus entendre le frottement de tes chaussons sur le carrelage, ne plus entrapercevoir ton pantalon de pijama antisexy, dévoilé par un mouvement de ton peignoir, ne plus te voir tomber sur la chaise face au mug et au presse-fruit, ne plus admirer tes grimaces dignes de l'Actor Studio quand ton visage encore marqué de l'oreiller est agressé par les rayons du soleil, ne plus entendre ton "Et meeeerde !!! Bordel !" quand le bout le plus engorgé de café de ton toast s'est détaché du reste et a sombré dans le liquide noire, faisant déborder la tasse et renversant le café autour du récipient, ce qui impliquait de devoir passer encore une fois l'éponge sur la table après les éclaboussures de jus d'orange et les gouttes de confitures à la mangue..."

Stanley n'est pas d'humeur à laver la vaisselle du petit-déj tout de suite. Il cède à la paresse et fourre son bol dans la machine, puis va dans la salle de bain. Réglant distraitement la température de la douche, il regarde la surface du miroir, espérant malgré lui y voir apparaître le visage de quelqu'un d'autre.

"Ne plus te savoir dans la cabine de douche pendant que je me rase ou que je me lave les dents, ne plus entendre ton commentaire dégoûté quand je crache le dentifrice dans le lavabo de façon trop appuyée, ne plus distinguer ta silhouette à travers la brume et la vitre de la cabine, ne plus te faire la blague du verre d'eau froide, ou celle de la lumière qui se coupe, ne plus pouvoir te rejoindre sous la douche pour se rappeler qu'on a encore une libido et qu'on a le droit de s'en servir parce qu'on chez nous, qu'on est jeunes, qu'on emmerde les voisins si ils reçoivent leurs petits-enfants ce jour-là et qu'ils nous entendent, faudra bien qu'ils apprennent un jour ou l'autre..."

Stanley achève de boutonner sa chemise et regarde son reflet. Il s'est mal rasé ce matin, i la d'ailleurs plusieurs petits points rouges qui parsèment le menton et la lèvre supérieure. Il prend les clefs, sort de chez lui, monte dans la Saxo verte, et roule direction la salle d'entraînement. 

"Ne plus t'embrasser et te dire "à ce soir", en me demandant si tu seras rentré à la maison avant moi, si j'aurai l'air plus crevé que toi, si tu auras la force de jouer à chifoumi pour décider de qui choisit du programme, si tu résisteras à l'envie de me balancer la plat à gratin à la figure quand je te parlerai d'Elena et Luther qui attendent un heureux événement pour la fin de l'année, te proposer d'aller voir le nouveau One man stand up show de Sharpy ou "le Roi Lear" de Tragico pour se changer les idées, allumer les infos pour apprendre que Kronos veut faire débloquer un budget de deux milliards pour équiper les nouveaux garde-frontières contre les migrants, couper la parole aux oiseaux de mauvais augure qui nous expliquent qu'on vit dans une époque de merde et que c'est pas prêt de s'arranger, profiter des instants de bonheur qu'on peut encore empêcher de filer, manger sans penser à la qualité ni à la quantité, se payer le luxe de faire des projets, d'espérer, de rêver, de penser à hier, à demain, à il y a 5 ans, à dans 10 ans, de sourire, de s'aimer..."

Stanley entre dans le vestiaires en faisant la gueule, salue à peine les collègues et ouvre son casier. Il y dépose son sac, ses affaires, se change puis au moment de refermer le casier s'arrête en voyant une photo qu'il a scotché au revers de la porte. Sur cette photo, il pose, en train de rire, plus jeune de quelques années, avec à côté de lui... 

... Stanley sourit sans s'en rendre compte. Il attarde son regard sur la photo et se perd en souvenirs pendant quelques minutes. Ses yeux commencent à devenir humides quand un collègue lui met la main sur l'épaule.

Hyde: Hey, Stan! Ca va, vieux ?

Stan: Hein ? Heu oui oui, ça va, t'inquiète, ça va très bien même !

Hyde: T'es sûr ?

Stanley: Oui, je t'assure, merci mais t'en fais pas pour moi, ça va aller. 

Hyde: Tu sais que si tu as besoin de parler ou de demander quelque chose, on est là. On sait que c'est dur pour toi, hein ?

Stan: Merci Hyde, merci. T'inquiète pas, ça ira mieux. Ça peut que aller mieux de toute façon, maintenant.

Hyde lui serre l'épaule dans un geste de compassion et s'en retourne vers les coulisses. Stan souffle un coup et, même si il ne sourit pas, il l'air apaisé, plus serein. 

"Répéter les mêmes gestes et faire semblant d'aller de l'avant... ne plus vivre avec toi, ne plus savoir si tu vas revenir ou pas... Baston."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tourner la page

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Tourner la page sans oublier le chapitre précédent..| Jethro
» ? Il ne suffit pas de tourner la page... Des fois il faut changé de livre. ? /Il est décédé suite à un suicide/
» J'étais prêt à tourner la page. C'est la page qui ne veut pas se tourner ~ Lucila
» SKYE + " J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner. " (Grey's Anatomy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Web Wrestling Association :: Le in-gimmick :: Backstage de la WWA :: Délires et hors-sujets-